Quel appareil photo argentique choisir?

Depuis le boum du numérique, le marché de l’occasion est florissant. choisir son appareil photo argentique est plus difficile, paradoxalement, car ce sont plusieurs générations d’appareils photos qui sont vends simultanément. Avant de se précipiter sur un coup de coeur, il vaut mieux cibler ses besoins au préalable!

appareil photo argentique

Le format

C’est sans doute le moment où jamais de choisir un format hors des sentiers battus ou mieux de vous lancer dans plusieurs formats différents. 35mm et 6×6, 6×7, 6×9  ou tous à la fois.
Mais pensez au traitement.. l’agrandisseur qui vous permettra d’agrandir vos négatifs!
Dans cet article, nous nous centrerons sur le 35mm.

Compact télémétrique ou Reflex

Leica m6 appareil photo argentique
Canon A1 appareil photo argentique

La première orientation est de faire votre choix entre deux grandes familles de 35mm! l’appareil photo compact à télémètre ou le réflex “avec visée à travers l’objectif”. 

La première option est toute une philosophie.  Un appareil compact, sans autre mécanisme que l’obturateur. La visée se fait par une fenêtre sur la partie supérieure gauche et un système de mise au point par télémètre vous permet de régler la netteté. Pour le reste, il y a une bague pour régler le diaphragme sur l’objectif, une molette pour la vitesse, un posemètre ou pas, des automatisme ou pas et des objectifs interchangeables ou fixes; Quant au prix, cela peut varier de 50 à plusieurs milliers d’euros! Votre choix est large, la plupart des marques ont sorti en leur temps leur gamme, Olympus avec ses 35 RC, DC, EC, RC, RS , Canon et ses Canonnet,  Leica et ses CL et surtout sa gamme M…

SInon, si vous considérez que ne pas avoir un télémétrique au point rouge, n’est pas avoir raté sa vie, vous aurez tout autant de plaisir à photographier avec un reflex!

Mise au point manuelle ou autofocus?

Le choix est important car il vous mènera à des boitiers à la philosophie et à l’ergonomie différentes et des époques plus ou moins lointaines. L’autofocus c’est après 1990 et le manuel c’est avant!* L’autofocus, c’est le tout électronique, le choix du diaphragme et de la vitesse par boutons et molettes. Si vous n’aimez pas les tableaux de bord d’Airbus, mieux vaut opter pour la mise au point manuelle. Une bague de diaph et un bouton rotatif pour choisir la vitesse, c’est bien plus ergonomique!

Si vous venez du numérique, l’appareil autofocus ne vous dépaysera pas! Et si votre vision de près vous handicape, l’autofocus est préférable.

* Nikon a sorti dans les années 2001, le FM3a  à mise au point manuelle et à ergonomie classique. Cet appareil a été en vente jusqu’à il y a quelques années et satisfera ceux qui sont sceptiques quant à acheter un appareil de plus de trente ans d’âge. Par contre, le prix est salé.

nikonFM3a

Le contrôle de l'exposition

L’appareil que vous choisirez est doté d’un posemètre interne, qui mesure la lumière à travers l’objectif. C’est le cas des boitiers datant au plus tôt des années soixante-dix. Les plus anciens se contentent de faire la mesure de la lumière et de vous indiquer le bon couple ouverture/vitesse,  grâce à une aiguille  ou à des diodes. Les plus récents seront capables d’automatismes intéressants.

La priorité à l'ouverture

Vous choisissez le diaphragme et le boitier, selon le couple diaph-vitesse communiqué par le posemètre règle la vitesse.

La priorité à la vitesse

Dans ce cas, c’est la vitesse que le photographe choisit et le diaphragme que le boitier règle automatiquement selon la mesure effectuée par le posemètre.

Le mode manuel

Dans ce cas, vous choisissez le diaphragme et la vitesse en suivant les indications du posemètre… ou pas.

Les modes automatiques

Plus spécifiques aux boitiers des vingt dernières années, comme aux appareils numériques, elles délivrent le photographe du souci de réglage. Les boitiers récents d’un bon niveau de gamme, sont dotés de multiples senseurs répartis sur toute la surface de l’image. Grâce à ces mesures multiples, le boitier est capable de choisir l’exposition la plus correcte. Très utile, pour celui qui souhaite s’affranchir des  réglages et se concentrer sur la prise de vue, mais frustrant pour celui qui veut garder le contrôle. Pour l’anecdote, j’ai voulu tester cet automatisme sur mon Minolta Dynax 7 et sur un paysage, j’ai effectué, avec l’appareil en manuel, de multiples mesures d’exposition et ai, au final choisi le couple Vitesse/ouverture qui me convenait le mieux. Ayant fait mis l’appareil en mode P,  j’eus la surprise de constater que l’automatisme avait fait le même choix. L’automatisme peut dans certains cas être utile.
Par contre, les modes portraits, paysages etc me paraissent inutiles.

La correction d'exposition

Canon A1 correction d'exposition

La correction d’exposition permet de décaler l’exposition d’un ou deux IL en plus ou en moins. Par un petit levier ou par des petits boutons et l’écran LCD, l’option est indispensable.

Le testeur de profondeur de champ

Voilà un autre accessoire qui peut orienter votre choix. Présent sur les appareils à mise au point manuelle de bonne facture, il  a progressivement disparu malheureusement avec l’autofocus. Le diaphragme d’un objectif ne se ferme qu’au moment de la prise de vue, afin de faciliter le cadrage et la mise au point. Le testeur de profondeur de champ, qui se présentait sous la forme d’un levier, bouton poussoir selon les marque, fermait le diaphragme à l’ouverture sélectionnée. Ainsi, il était facile de visionner la profondeur de champ.

Résumé

    • Le boitier doit pouvoir être utilisé en mode manuel et avoir au minimum un mode priorité à l’ouverture
    • Il est plus agréable de manipuler une couronne de diaphragme sur l’objectif et un sélecteur de vitesse que des boutons et des roues sur un écran lcd.
    • Les boitiers de dernière génération mesurent la lumière de manière bien plus  efficace que les anciens boitiers.
    • Autofocus ou MAP manuelle c’est à chacun de faire son choix. Mais on peut avoir un boitier de chaque…
    • Le  correcteur d’exposition est indispensable
    • Si on choisit un boitier à MAPmanuelle, autant prendre un modèle où il y a un testeur de profondeur de champ

 

Quelle marque?

Nous ne pouvons vous suggérer une marque en particulier. Restez dans les grandes marques: Canon, Pentax, Nikon, Minolta, Olympus.  Pour certaines vous paierez plus cher, mais vous aurez plus de choix et plus de certitude quant à la qualité.

De toutes façons, hormis Nikon, aucune compatibilité  de monture entre les objectifs à MAP manuelle et autofocus.

Quels objectifs?

Faites vous plaisir! prenez le meilleur de la marque que vous avez acheté. Des objectifs fixes un 20 ou 24 mm, un 50mm, un téléobjectif. Sachez qu’en général, un objectif avec une ouverture maximale de 2.8 était de meilleure qualité que son homologue ouvrant à 1.4.

Par contre, si vous avez opté pour un autofocus, veillez à ne pas acheter le zoom bas de gamme tout plastique qui accompagne généralement les reflex les moins chers.

Si vous espérez utiliser un de vos zooms numérique, si votre numérique n’a pas un capteur 24×34 et l’objectif n’est pas dédié au 24×36, pas d’espoir pour que cela marche.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu